fleche texte

Mobilité des étudiants en Formation Professionnelle Initiale

La mobilité des étudiants en Formation Professionnelle Initiale

Encore peu représentés dans les programmes d’échanges internationaux, les étudiants en formation professionnelle sont identifiés par la Commission Européenne comme une population dont il est nécessaire d’encourager la mobilité (Cf. « Repenser l’éducation, investir dans les compétences pour de meilleurs résultats socio-économiques » – Communication de la Commission au Parlement, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions – Strasbourg, le 20.11.2012).

En lien avec son engagement dans la professionnalisation et dans la perspective d’améliorer les compétences des étudiants en formation professionnelle et leur employabilité, l’IRFASE développe un programme de mobilité à leur destination. Dans ce cadre, il sera possible de faire participer à une mobilité internationale des étudiants sous représentés dans les échanges : étudiants évoluant dans un contexte socio-économique parfois difficile, étudiants atypiques car plus âgés, parfois en charge de familles et en voie de reconversion professionnelle. En effet, les étudiants en Contrat d’Apprentissage mais aussi en Contrat de Professionnalisation des formations Moniteur Educateur (Niveau IV) et Aide médico-psychologique (Niveaux V) pourront réaliser un stage à l’international avec l’accord de leur employeur.

Pour ces étudiants également, des « fenêtres de mobilité » ont été identifiées et prévues dans leur calendrier de formation.

En lien avec son engagement dans l’alternance et pour la professionnalisation, l’IRFASE s’est engagé dans un partenariat avec l’ADAPSS (Association pour le Développement de l’Apprentissage dans les Professions Sanitaires et Sociales) – Centre de Formation pour les Apprentis des secteurs médico-social et sanitaire. Dans le cadre de ce partenariat, l’IRFASE a développé une Unité pour la Formation des Apprentis (UFA) et accueille chaque année plusieurs dizaines d’étudiants sous ce statut dans diverses formations, notamment des formations de niveau IV. L’IRFASE accueille également des étudiants en Contrat de Professionnalisation. La promotion de la mobilité internationale auprès de ce public fait partie des priorités de la Commission Européenne (Cf. « Repenser l’éducation, investir dans les compétences pour de meilleurs résultats socio-économiques » – Communication de la Commission au Parlement, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions – Strasbourg, le 20.11.2012). Cette dimens ion de la mobilité des apprenants fait également partie des préoccupations et des objectifs portés par le Programme Erasmus Pour Tous.

Dans la perspective d’améliorer les compétences des étudiants en formation professionnelle et leur employabilité, l’IRFASE développe un programme de mobilité à leur destination. Dans ce cadre, les étudiants en Contrat d’Apprentissage ou bien en Contrat de Professionnalisation des formations Moniteur Educateur (Niveau IV) et Aide médico-psychologique (Niveaux V) peuvent réaliser un stage dans un établissement à l’international avec l’accord de leur employeur.

Le cadre réglementaire de la mobilité des apprentis et leur accompagnement dans le cadre du montage de leur projet sont portés par Le CFA. Tout étudiant apprenti souhaitant réaliser un stage à l’international doit se signaler auprès de la responsable de l’UFA.

Vous devez annoncer votre projet de mobilité de stage avant la fin du mois d’octobre à votre référent pédagogique – Formateur d’Atelier d’Analyse des Pratiques et d’Approfondissement (APA). Votre référent pédagogique est la première personne qui valide votre projet de stage dans le cadre des stages à l’étranger afin de garantir la qualité des apprentissages, de sécuriser le parcours et de renforcer ou initier une démarche de sites qualifiants et de partenariats.

La Commission Mobilité Internationale se réserve le droit de véto sur le projet de départ de l’étudiant (critères pédagogiques et de sécurité ces derniers indicateurs étant révisés régulièrement en tenant compte des évènements géopolitiques).

Pour un stage à l’international, les recherches de terrain de stage sont systématiquement soumises à l’évaluation de la coordinatrice de formation ; ces recherches doivent se concrétiser par la signature d’une convention internationale de stage.

Que ce soit dans le cadre d’Erasmus ou non les lieux de stage sont impérativement en lien avec l’un des domaines de formation du cursus de l’étudiant.

Pour réussir son projet, l’étudiant est accompagné par la coordinatrice de formation et l’assistante de direction de l’IRFASE. L’étudiant doit veiller, dans le cadre de la préparation de son projet, à respecter scrupuleusement les étapes décrites ci-après, surtout si le stage prévu est positionné en fin de la première année d’étude. Après avoir préparé son projet, l’étudiant candidat à la mobilité devra le soumettre à l’avis de son formateur d’APA (évaluation pédagogique du projet). S’il obtient un avis favorable, il rencontrera la Commission Mobilité Internationale de l’IRFASE qui valide la faisabilité du projet (financement, cofinancement, aide au dossier administratif…).

Les étudiants en contrat de professionnalisation peuvent partir en stage dans les conditions suivantes :

– Le stage renvoie aux domaines de compétence de la formation ;
– La sécurité du projet (contexte géopolitique – en lien avec les recommandations du Ministère des Affaires Etrangères)
– La pertinence pédagogique ;
– Pour les Moniteurs Educateurs : durant le semestre 2 – Stage de 2 semaines en Juin (dont une semaine sur la période du stage prévu pour les Activités Extérieures) – Dans ce cas, il sera nécessaire de faire établir un programme de rattrapage des cours manqués durant la période par la Directrice des études ; durant le semestre 3 – Stage de deux mois.
– Pour les Aides Médico-Psychologique : durant le semestre 3 – Stage d’un mois

 

Pour les Moniteurs Educateurs : il est à noter que si des regroupements sont prévus durant la période du stage du semestre 3, le budget du projet de mobilité devra prévoir le coût des déplacements du lieu de stage à l’IRFASE ainsi qu’éventuellement les frais d’hébergement lors des retours : les regroupements en centre de formation restent en effet obligatoires dans le cadre d’un stage réalisé à l’international.

Les stages ERASMUS à destination des jeunes en formation professionnelle sont d’une durée de 2 semaines à 12 mois.

La mobilité de stage ne peut se faire au détriment du cadre légal qui organise votre formation : en particulier, elle ne peut aboutir à découper des périodes de stage dont il est prévu qu’elles se réalisent au sein d’un même lieu de stage et dans la continuité.

Étape 1 : Septembre – Fin octobre

1) Informations générales sur les stages à l’étranger et les dispositifs européens lors des inscriptions pédagogiques. Les référents pédagogiques (formateurs d’APA) informent la coordinatrice de formation des candidatures et, pour chaque étudiant, émet un avis.

2) Si l’avis du référent pédagogique est favorable, l’étudiant est convoqué à un entretien de motivation avec la coordinatrice de formation. Cet entretien permet de vérifier la pertinence et la motivation du projet de l’étudiant ainsi que ses compétences linguistiques. Lors de cet entretien, l’étudiant remet un CV européen (CV Europass à créer sur le site de la Commission Européenne), une photo, une lettre de motivation, l’accord de l’employeur et fait part de ses premières propositions de choix de stage.

Afin de garantir un cadre de formation sécurisé et pertinent, le stage doit répondre à un ensemble de critères liés aux domaines de formation. La coordinatrice de formation vérifie l’intérêt du lieu de stage en lien avec le parcours de formation. A ce stade, la coordinatrice de formation peut récuser la demande si elle l’estime inadaptée.

Étape 2 : Début à fin Novembre

1) L’étudiant remet à la coordinatrice de formation son projet de stage indiquant les démarches en cours pour la recherche d’un stage et les contacts déjà établis. Il reçoit une feuille d’accord de stage à faire valider et signer par l’établissement d’accueil.

2) La Commission Mobilité Internationale de l’IRFASE se réunit en la présence des référents pédagogiques des étudiants candidats à la mobilité de stage et valide les projets. Les critères de validation sont les suivants :

 

– Le stage renvoie aux domaines de compétence de la formation ;
– La sécurité du projet (contexte géopolitique – en lien avec les recommandations du Ministère des Affaires Etrangères)
– La pertinence pédagogique ;
– La qualité du parcours de formation réalisé au sein de l’IRFASE (présence, remise dans les délais des écrits et travaux, pertinence de la participation en cours et en atelier)
– Les compétences linguistiques

 

La coordinatrice de formation informe les étudiants candidats de la décision de la commission.

 

A partir de cette étape, si votre projet a reçu l’aval de la Commission Mobilité Internationale de l’IRFASE, il est nécessaire de trouver ou de faire confirmer rapidement votre terrain de stage. Dès que votre projet est concrétisé par un accord avec un terrain de stage, vous devez en avertir votre secrétariat afin de faire établir au plus tôt les conventions de stage.

 

 

Étape 3 : Montage du dossier : Janvier – Début Mars

Si l’avis est favorable, l’étudiant doit compléter son dossier pédagogique pour la Région et l’IRFASE. Nous attirons l’attention des étudiants sur la nécessité de respecter la procédure et de tenir compte des délais d’expédition de la convention de stage (délai assez long selon les pays). En effet un étudiant ne peut pas partir en stage tant que les conventions ne nous ont pas été retournées signées. Ce sont elles qui déclenchent la demande de couverture administrative.

1) Dès le mois de janvier : l’étudiant établit, avec son référent pédagogique (formateur d’APA) un contrat de suivi précisant les objectifs du stage, les écrits professionnels – préparatoires ou non aux dossiers de certification à remettre et les délais impartis pour ce faire ; les objectifs pédagogiques du stage ; la régularité des prises de contact (téléphone, mail, Skype) ; l’organisation du bilan de mi-parcours avec le formateur de terrain de l’établissement d’accueil.

2) Fin février au plus tard : l’étudiant remet à la coordinatrice de formation un dossier comprenant :

– RIB
– Carte vitale européenne
– Photocopie de la pièce d’identité en cours de validité
– Un dossier de 10 pages portant sur l’histoire, la culture, l’économie du pays d’accueil ainsi que sur ses politiques sociales et leur organisation.
– Éléments d’information sur le terrain de stage
– Budget du projet (une trame sera disponible sur le site ultérieurement)
– Lettres de demande de subvention pour Erasmus ou la Région et/ou d’autres institutions (des trames seront disponibles sur le site ultérieurement)
– Attestation de responsabilité civile
– Assurance rapatriement
– Le contrat de suivi élaboré conjointement avec le référent pédagogique et validé par la Directrice des études

3) Début Mars au plus tard : l’IRFASE reçoit le formulaire d’accord de l’établissement d’accueil. La coordinatrice de formation établit, sur la base du contrat pédagogique élaboré par le référent pédagogique, un engagement qualité qui portera sur les modalités d’accompagnement du stagiaire et de validation du stage et un contrat de formation qui figurera dans la convention de stage signée par les deux parties et qui définira :

– Les objectifs du stage, le projet de stage et les domaines de formation visés
– Les modalités d’accompagnement du stagiaire par l’établissement d’accueil
– Les modalités d’accompagnement du stagiaire par l’IRFASE
– La date du bilan à mi-parcours
– Les modalités de l’évaluation et de la validation du stage par l’établissement d’accueil

La Direction de l’IRFASE reçoit l’intégralité du dossier (cf. point ci-dessus + feuille d’accord pour l’accueil) et envoie les dossiers à la Région si un co-financement est prévu.

Avant le départ en stage, la photocopie du billet de transport est à remettre impérativement pour le versement des subventions.

TOUT AU LONG DU MONTAGE DE SON DOSSIER L’ETUDIANT EST ACCOMPAGNE PAR SA COORDINATRICE DE FORMATION AINSI QUE PAR L’ASSISTANTE DE DIRECTION EN CHARGE DU SUIVI SOCIAL DES ETUDIANTS

Parallèlement à ces démarches, l’étudiant élabore avec son référent pédagogique ses possibilités de retour et de participation aux regroupements de formation. Le référent pédagogique décide en fonction des éléments donnés par l’étudiant, des modalités de mise en œuvre de la formation et du suivi pédagogique pendant la période d’absence. Il construit avec l’étudiant un contrat de suivi définissant ces modalités qui sont clairement définies et ne peuvent donner lieu ni à négociation ni à modification.
1. Le suivi pédagogique se fait par e-mail, par fax, par téléphone, par Webcam (Financement de l’équipement par l’IRFASE). Il est fortement recommandé aux étudiants de s’abonner à Skype sur Internet. La fréquence de communication est déterminée dans le contrat de suivi en accord avec le référent pédagogique, avant le départ en stage.

2. L’étudiant s’organise pour participer aux dossiers évalués et réalisés en groupe, en échangeant avec ses collègues pour respecter les modalités du contrat pédagogique. Il indique le nom des étudiants de son APA qui l’aideront et qui seront plus particulièrement en contact avec lui (prise de notes des cours, envois d’informations, de documentation).

3. Pendant ces stages, un déplacement du référent pédagogique sur le site du stage n’est pas systématique. Le bilan du stage à mi-parcours (obligatoire) peut être effectué par un entretien téléphonique auquel seront présents et pourront prendre part le formateur de terrain et le Directeur de l’établissement d’accueil si souhaité ainsi que l’étudiant et le référent pédagogique. La visite de stage peut prendre la forme d’un entretien téléphonique ou être effectuée par une personne relais, avec laquelle les modalités d’échange et outils d’évaluation ont été préalablement arrêtés.

4. L’étudiant s’engage, dès la première semaine de stage, à contacter son référent pédagogique puis à prendre contact avec lui, au plus tard avant la fin du 1er mois, afin d’actualiser ses objectifs. Toute difficulté rencontrée doit être portée à la connaissance du référent pédagogique et de la coordinatrice de formation de l’IRFASE. A la fin du stage, l’étudiant remet les documents officiels d’évaluation de stage et/ou de certification, remplis, à son référent pédagogique.

5. L’étudiant veille sur place, dans la mesure du possible, à ce qu’il y ait des rencontres régulières avec le formateur de terrain et les responsables de la structure d’accueil. Le référent pédagogique doit être informé des modalités des rencontres et des dates, notamment celle du bilan mi-parcours qui est obligatoire.

6. Au retour, la coordinatrice de formation demande aux stagiaires de transmettre leurs expériences et connaissances aux autres étudiants ainsi qu’à l’équipe pédagogique et aux professionnels intéressés en les présentant sous forme d’un exposé ou autre (film, diapos). La date de ce compte-rendu est à prévoir avec la Directrice des études. Le bilan écrit individuel (trame fournie ultérieurement) à destination du Conseil Régional (si aide au financement) et de l’IRFASE est à remettre à la coordinatrice de formation dans les 15 jours qui suivent le retour.

7. Dans le cas d’un stage Erasmus, des documents supplémentaires peuvent être à renseigner. (Voir avec la Directrice des études)

8. Au retour des stages à l’étranger, un suivi particulier, collectif et individualisé, est organisé afin d’assurer la continuité de leur formation et leur permettre de faire le point sur leur expérience. Des apports complémentaires peuvent être apportés sur des ateliers ou en cours.